Quand l’islamophobie atteint le monde musulman

 

freres musulmans

 

On en est là, malheureusement. Oui, c’est ironique ce qui ce passe actuellement dans le monde musulman et spécialement dans les pays dit du printemps arabe, un terrorisme islamique qui s’attaque aux musulmans d’une manière que même le plus érudit des analystes socio- politique ne pouvait le prédire .

 

Ce phénomène est lié d’une façon directe à la soif de pouvoir qui caractérise ces mouvements islamistes de la même doctrine appelée,  « les frères musulmans ». Cette pieuvre qui essaye à chaque fois de s’étendre au-delà de sa base, en reproduisant à chaque fois une expérience lourde de par ces conséquences, « rappelez vous ce qui s’est passé en Algérie dans les années 90 ». Mais ce qui frappe le plus chez ces individus, et contrairement à toutes les espèces humaines et animales dans ce maudit monde, c’est qu’ils n’apprennent jamais de leurs fautes. Ils perpétuent les mêmes erreurs tactiques à chaque fois qu’ils ont l’occasion de surgir de leurs cachettes.

 

Certes la procédure de la chasse au pouvoir varie selon les situations mais les étapes sont toujours les mêmes, car ça commence généralement par la séduction de l’opinion publique, durant des périodes propices pour ce genre d’initiative surtout lors des changements radicaux dans un pays : durant la révolution des officiers libres en Egypte « début de l’époque Naser », la reforme de Benjdid et la révolution d’octobre Noir en Algérie en 1988, sans oublier le printemps arabe bien sûr.

 

 « Jouer le rôle de victimes de persécution, c’est leur cheval de bataille »

 

Souvent, ces mouvements profitent d’un sentiment de culpabilité collectif qui frappe la société envers ces pauvres opposants islamistes persécutés et torturés dans les prisons des dictatures (Nacer /Moubarak. Benali, Kadhafi…). Pour entamer ensuite la phase « chien battu » et, à travers les outils politiques « occidentaux », (la création des partis politiques et l’initiation a démocratie « que dieu nous préserve »), ils commencent leur phase préparatrice de la mise en position. Tout en gardant un œil sur « le social ,» qui séduit la classe moyenne et pauvre des pays en voie de développement. Ce qui leur fourni bien entendu la plateforme et la base populaire  nécessaire a cette aventure électorale qui clôtura cette première phase.

 

« Remarque, ils n’ont jamais dirigé leur discours aux élites ».

 

Généralement, cette phase se couronne par une prise du pouvoir propre et sans faille. Le discours solennel de la l’égalité et de la fraternité musulmane, basé sur les recommandations religieuses (aimer son prochain) et sur le sens aigu du devoir de soutient les musulmans. Ce genre de discours ne peut que séduire ce public tant marginalisé, soit par son niveau intellectuel soit par sa classe sociale (entre nous, c’est tout a fait loyal en politique).

 

Une fois emparé du pouvoir, un changement progressif du discours commencera à voir le jour :

 

– La création d’un état islamiste (pas musulman) en vue de ressuscité la Khilafa, «  doctrine salafiste »,  qui rompra avec les pratiques laïques occidentales.  

 

– L’adoption des lois de la charia au lieu des constitutions mises en place par les mécréants.

 

Vous allez m’excuser de ne pas pouvoir aller plus loin dans la lecture de l’évolution de ces mouvements car dans leur histoire, ils n’ont jamais pu dépasser cette phase. Le fiasco total est le point d’orgue de toutes ces tentatives d’islamisation des musulmans. Le rejet social et politique caractérise généralement leur fin de carrière et les poussent par la suite à infliger une punition collective aux musulmans non islamistes.  

 

 

The following two tabs change content below.
Karim Nabata
Blogueur invité - Historien raté , musicien moins un. Quand tout ira bien , je me tairais. Je suis ni activiste, ni journaliste, je critique tout ... et vous êtes sur ma liste.

6 commentaires sur “Quand l’islamophobie atteint le monde musulman

  1. Bravo Karim. Et merci. Une prise de position comme la tienne nous est très utile ici pour prouver qu’il y a bien des musulmans sincères et vivant dans leur pays qui s’opposent à l’islamisme. Beaucoup de gens ici ont tendance à confondre « islam » et « islamisme » . Bon courage! Avec toute mon amitié.

  2. Oui,  » C’est complètement hypocrite d’avoir comme objectif de faire tomber un régime dictateur, pour qu’ensuite on participe à mettre en place un autre « . Comme l’a si bien signifié Karim. A la limite, les Égyptiens doivent prendre conscience de la manipulation qui les emportent. Vouloir à tout prix installer El Baradei, par une certaine révolution… qui n’en est pas une !

  3. oui, les partis se reclamant de la mouvance des frères musulamns ont toujours échoué. Et tu as bien fait d’évoquer l’exemple algérien, avec l’annulation des législatives remportées massivement par le F.I.S. Mais ne penses tu pas aussi si ces formations islamistes sont parvenues à s’imposer dans ces pays, c’est parce que leur discours ont reçu des oreilles attentives?

    1. merci de votre commentaire . effectivement, cette base populaire,c’est elle qui a permis a ces mouvements d’avoir espoir du pouvoir ,et l’usage du discoure religieux ne peu qu avoir des spectateurs attentifs, leurs problème c’est que a certain moments ils doivent abandonner certains de leurs convictions fondamentaux pour faire des compromis politiques. et souvent c’est le début de la fin de ces mouvements

  4. Je n’ai jamais compris pourquoi une fois qu’ils arrivent au pouvoir, ils deviennent eux même des dictateurs alors qu’ils ont passé tout leur temps à combattre ces soi-disant dictateurs. Des fois j’en arrive même à me demander si toutes ces révolution dites printemps arabes ont servi à quelque choses vu la pagaille qu’il y a dans toutes ces républiques.
    Ps: j’ai adoré lire ton billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.